Condamné à un an de prison ferme pour délit d’opinion

Voici la dépêche de l’AFP qui a été reprise par la plupart des media (lien) :

Un Français condamné à un an ferme pour des écrits révisionnistes

SAVERNE (AFP) — Un Français de 38 ans a été condamné jeudi à un an de prison ferme pour avoir contesté dans des brochures diffusées dans toute la France l’existence de la Shoah.

Vincent Reynouard, ingénieur-chimiste de formation, a également été condamné par le tribunal correctionnel de Saverne (Est) à 10.000 euros d’amende. Il devra verser 3.300 euros de dommages et intérêts aux parties civiles.
Il s’agit d’une des peines les plus lourdes prononcées à ce jour en France pour des écrits ou des propos révisionnistes.

Absent lors de la lecture du délibéré, M. Reynouard, actuellement sans emploi, réside en Belgique.
Le tribunal n’a pas prononcé de mandat de dépôt, visant à une arrestation immédiate, et l’avocat de M. Reynouard, Me Eric Delcroix, a indiqué à l’AFP qu’il interjetait appel, ce qui suspend automatiquement l’exécution du jugement.

L’avocat a ajouté que son client, qui réside en Belgique, avait accueilli « ce jugement avec sérénité et sans illusion ». Les différents pays de l’Union européenne « s’enfoncent dans la répression du délit d’opinion. Nous ne sommes plus un pays libre », a encore commenté l’avocat.

Cette condamnation est conforme aux réquisitions du ministère public qui avait fustigé lors de l’audience, le 27 septembre, des propos « condamnables, outrageants et blessants pour toute la communauté des citoyens et pas seulement pour les victimes ».

M. Reynouard était poursuivi pour avoir en 2005 écrit et envoyé à des syndicats d’initiative, des musées et des mairies dans toute la France, et notamment en Alsace, un fascicule de 16 pages intitulé « Holocauste? Ce que l’on vous cache ».

Le texte qualifiait notamment de « vieux thème de propagande » le « gazage des êtres humains » et jugeait « impossible » l’extermination de « six millions de juifs entre 1940 et 1945 ».

Certains destinataires de cette brochure s’étaient émus des propos véhiculés par l’auteur, ce qui avait conduit à l’ouverture d’une information judiciaire.

Déjà condamné en 1996 à trois mois de prison avec sursis et une amende pour des faits similaires, Vincent Reynouard avait assumé à la barre la paternité de ces écrits, assurant toutefois ne pas avoir distribué la brochure.

Il avait également expliqué que « passer devant un tribunal ne (l’empêcherait) pas de continuer à écrire sur le révisionnisme ».

« Cela fait 15 ans que je le fais, je ne vais pas m’arrêter maintenant. Dire le contraire serait vous prendre pour des imbéciles », avait-il dit aux juges.

 

 

 

 

C’est à la suite de cette condamnation inique qu’est né le Comité de soutien à Vincent Reynouard dont voici le relais internet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s