Berlin s’enfonce encore davantage dans le jeu

Lu le 12 mars 2008 sur le site de la JTA (Jewish Telegraphic Agency)

(traduction rapide) :

 

Berlin accueille un groupement en faveur du renforcement de l’enseignement de l’Holocauste

L’Allemagne va servir de base à la mise en place d’un programme d’éducation international visant à s’assurer que l’Holocauste ne soit pas oublié. Lors d’une cérémonie festive qui s’est tenue mardi [11/03] au ministère des affaires étrangères de Berlin il a été annoncé que le « Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research » [Groupement de coopération internationale sur la recherche, le souvenir et l’enseignement de l’Holocauste] – appelé « ITF » par les membres de 24 nations – tiendrait sa permanence administrative à Berlin.

Les participants à ce programme international se sont engagés à faire en sorte que les programmes d’enseignement relèvent le défi consistant à transmettre les faits et les leçons de l’Histoire à une nouvelle génération qui n’aura pas eu la chance de s’entretenir avec des témoins oculaires.  Le ministe des affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier, a  déclaré devant 300 invités que, pays des auteurs des crimes, l’Allemagne aurait pour rôle de veiller à ce que « le souvenir ne s’estompe pas davantage, ne devienne pas plus abstrait ou ne disparaisse pas derrière le voile de l’histoire ».

L’ITF a été fondé en 1998 afin de promouvoir l’enseignement de l’Holocauste dans les écoles ainsi que les monuments commémoratifs à travers l’Europe et au-delà. Depuis 2002 il a financé 180 projets. La République tchèque passera mercredi la présidence tournante à l’Autriche.  Kathrin Meyer, nouveau directeur administratif, a déclaré à la JTA qu’elle espérait que dans 10 ans l’ITF serait « plus fort, aurait davantage de membres, au-delà de l’Europe. Le plus grave problème aujourd’hui est le ‘changement de générations’. Je parle des survivants, de ceux qui les ont sauvés et des témoins oculaires, mais aussi de la génération des éducateurs, des historiens. »

Parmi les orateurs on a pu entendre Jan Kohout, président de l’ITF et vice-ministre des affaires étrangères de la République tchèque, ainsi que Avner Shalev, directeur du Mémorial de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s