Nouvelle condamnation pour Horst Malher : 11 mois de prison ferme

On se souvient que, le 23 novembre 2007, le célèbre avocat allemand Horst Mahler avait été condamné par le tribunal de Cottbus-Dissenchen (Est de l’Allemagne) à six mois de prison pour avoir, le 15 novembre 2006, en présence de quelques amis, fait le salut hitlérien devant la porte de la prison de cette même ville où il allait purger 9 mois d’emprisonnement pour « propos hostiles aux juifs ».

Aussi bien le parquet que Horst Mahler avaient fait appel de cette décision, le premier trouvant la peine insuffisante et le second réclamant, bien entendu, l’acquittement.

L’arrêt vient d’être rendu le 22 juillet et voici le compte rendu que nous en fait notre fidèle traducteur:

La décision en appel du tribunal de Cottbus est tombée ce mardi 22 juillet 2008. Le procureur (Madame Cäcilia Kramer-Krahforst) réclamait 9 mois de prison ferme au lieu de 6 mois. Le tribunal, présidé par le juge Braunsdorf, est allé au-delà de la réquisition du parquet en infligeant à Mahler une peine de 11 mois de prison ferme.

Mais ce curieux procès d’appel a aussi provoqué un début de scandale dont la presse s’est fait l’écho. En effet, non seulement le président Braunsdorf n’a dans les attendus de son arrêt nullement fait mystère de la haine qu’il ressentait à l’égard de l’accusé, mais il s’en est pris aussi au procureur, Madame Kramer.

Dans son réquisitoire celle-ci avait, certes, en effet, indiqué combien les idées défendues par l’accusé lui étaient étrangères, mais elle avait ajouté qu’il était difficile de se défendre d’une certaine forme de respect (einen gewissen Respekt) que l’on pouvait ressentir pour le courage dont faisait preuve Mahler et pour la constance avec laquelle il s’efforçait de trouver un juge qui partagerait ses idées: pour Mahler, l’article 86 du Code pénal, qui interdit tout moyen d’expression aux organes qualifiés de « contraires à la constitution » (verfassungswidrig), c’est-à-dire, dans les faits, à ceux d' »extrême droite », est incompatible avec la Loi fondamentale qui garantit la liberté d’expression pour tous.

Cette déclaration de madame le procureur a été non seulement violemment
condamnée par Braunsdorf pendant l’audience, mais fait évidemment scandale. On ne peut que faire le rapprochement avec ce qui s’était passé à Mannheim en 1994 où, avant de condamner Günter Deckert [le fidèle rapporteur des audiences des procès Zündel, Rudolf et Stolz], le juge Orlet avait exprimé l’estime et le respect que méritait l’accusé pour « sa force de caractère », ce qui avait engendré un scandale sans précédent où Helmut Kohl lui-même avait vilipendé le juge Orlet avant que celui-ci ne se voie contraint de demander sa retraite anticipée pour raison de santé.

Espérons qu’il n’en ira pas de même avec Madame Cäcilia Kramer-Krahforst.

Rappelons aussi qu’il y a trois mois, le 28 avril exactement, Horst Mahler était condamné par le tribunal de Erding à 10 mois de prison ferme pour l’interview donnée au magazine « Vanity Fair » dans laquelle il niait l’Holocauste

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s