B. Gollnisch récidive auprès du Parlement européen

Brun Gollnisch a, le 3 septembre 2008, fait une intervention en plénière à Bruxelles sous la forme d’une  « Déclaration écrite », fondée, cette fois, sur l’article 142 du règlement (et non 116 comme pour sa précédente déclaration), qui sera intégrée aux débats relatifs au rapport – véritable pensum totalitaire – remis par une dame Hélène Flautre, député Vert français.

Voici donc la déclaration de M. Gollnisch:

Bruxelles, le 3 septembre 2008

Déclaration écrite de Bruno GOLLNISCH sur le rapport de Mme Flautre

Evaluation des sanctions communautaires prévues dans le cadre des actions et politiques de l’UE dans le domaine des droits de l’homme Jouant à l’ONU, le Parlement européen prétend établir le règne des droits de l’homme partout dans le monde. Il ferait mieux de balayer devant sa porte.

En France, en Belgique, en Allemagne, en Autriche, des milliers de citoyens, y compris des universitaires, des publicistes, des élus mandatés par leurs compatriotes sont poursuivis, condamnés, ruinés, privés de leur emploi, emprisonnés, accusés de racisme pour avoir critiqué l’immigration, de xénophobie pour avoir défendu la légitime préférence nationale, de négationnisme pour avoir critiqué les « vérités officielles » mais changeantes de l’histoire contemporaine, d’homophobie pour avoir exprimé une légitime préférence pour la famille naturelle, la seule à même de transmettre la vie.

Ces persécutions politico-judiciaires s’étendent même aux avocats. En Allemagne, Me Sylvia Stolz est arrêtée pour avoir défendu à la barre du tribunal les positions de son client. En France, le Conseil de l’Ordre des avocats de Paris, refusant l’honorariat à l’avocat en retraite Eric Delcroix au lieu de prendre sa défense, se déshonore lui-même.
Des magistrats comme Estoup à Versailles, Schir à Lyon, Cotte à Paris rivalisent pour faire de ces lois arbitraires des applications extensives au mépris de tous les principes protecteurs des libertés. Mais surtout, plusieurs responsables de ces législations liberticides siègent ici-même. C’est à eux d’abord que devrait s’adresser notre indignation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s