Où en est Siegfried Verbeke ?

Condamné à Bruxelles en même temps que Vincent  Reynouard pour la diffusion de brochures et de dépliants révisionnistes, le bien sympathique Flamand Siegfried Verbeke allait être jugé à nouveau puisque, n’ayant pas été présent à l’audience du 15 mai, il estimait avoir été jugé par défaut et avait fait opposition au jugement. Le 4 septembre dernier eut lieu une séance à Bruxelles devant la 61e chambre où le tribunal, présidé par la même juge que lors de l’audience du 15 mai, s’est penché, non pas sur le fond, mais sur la question de la validité de l’opposition formulée par S. Verbeke ainsi que sur une demande présentée par l’avocate de S. Verbeke, Me Landel, une Française: que les documents du dossier soient traduits en néerlandais. Le tribunal prendra une décision en octobre.

Entretemps, S. Verbeke, qui ne s’est pas davantage présenté à l’audience du 4 septembre, peut toujours être arrêté puisque sa condamnation, comme celle de Vincent Reynouard, ainsi que l’arrestation immédiate restent en vigueur.

Note: Le 4 septembre, le procureur Carolus a demandé pourquoi S. Verbeke n’était pas présent à l’audience mais, quelque temps plus tard, il a avoué que si notre ami avait été présent il aurait demandé son arrestation! Dans la semaine qui a suivi un huissier s’est rendu au domicile de S. Verbeke qui n’était, bien sûr, pas chez lui et il a annoncé qu’il allait revenir accompagné d’un commissaire…

Mais les procès les plus importants et les plus dangereux pour S. Verbeke sont ceux qui l’attendent à Mannheim, Allemagne. Nous en reparlerons en temps utile.
Voici, en attendant, un court extrait de l’interview que notre ami a bien voulu donner au mensuel révisionniste américain « The Barnes Review » (vol. XIV n° 3 de mai-juin 2008 ) [Numéro disponible ici : http://www.barnesreview.org/html/tocmay2008_118.html]

[C’est en 1983 que Siegfried et Herbert Verbeke créèrent la maison d’édition révisionniste Vrij Historisch Onderzoek (V.H.O.) (Libre recherche historique) qui devint rapidement le plus grand diffuseur d’ouvrages contestant la version orthodoxe de « l’Holocauste ». (…) Il publie des ouvrages en néerlandais, en français, en allemand et en anglais. [Il sera le premier à diffuser le fameux « Rapport Rudolf » – NDT].

(…)

NUGENT: Parlez-nous des persécutions que vous avez subies.

VERBEKE: Il y en a eu un bon nombre mais je n’ai pas envie d’en parler beaucoup. Je me souviens avoir lu dans le vieux « Journal of Historical Review »: « Si tu crains la chaleur, sors de la cuisine ». Quand on va à la guerre, on sait que l’ennemi ripostera. De plus, la Belgique n’est pas encore aussi mauvaise que l’ancienne Union soviétique, et je n’ai pas non plus été exposé à une vraie guerre comme l’ont été des millions de gens dans la deuxième guerre mondiale où ils ont risqué leur vie. Evidemment j’avais peur des agressions physiques, surtout au début. Il y avait, et il y a, beaucoup de juifs en Belgique qui sont pas mal fanatiques. En France, François Duprat est mort (dans l’explosion de sa voiture qui a arraché une jambe à sa femme), un autre militant français a eu le visage vitriolé, etc.

Je faisais attention, j’évitais les confrontations, je prenais des précautions. Ces mauvais moments ont passé et ont été suivis de près de 20 années de persécutions judiciaires, de harcèlement, de procès, de condamnations et tout ce que vous pouvez imaginer. Pour finir: de la prison en Belgique, en Hollande et en Allemagne. J’ai encore deux procès en perspective en Allemagne, probablement à la fin de cette année, mais j’ai confiance et j’essaie de m’en tenir à ma stratégie de défense.

(…)

NUGENT: Comment peut-on vivre avec cette crainte constante et cette menace constante de la prison?

VERBEKE: Je ne sais pas, parce qu’en fait je n’ai jamais éprouvé cette crainte; jamais de ma vie je n’avais imaginé que je serais mis en prison. Et puis ça s’est produit. C’était le prix à payer pour avoir pendant 30 ans propagé la vérité révisionniste. Mais ce n’est pas cher payé: à ce jour je n’ai fait que 15 mois, ce qui n’est rien, comparé aux peines infligées à d’autres. J’ai toujours essayé d’éviter d’être un martyr. Etre un martyr, ce n’est pas payant; c’est seulement une perte de temps et d’argent. Il y a déjà assez de martyrs. (…)

[Site internet du candidat des euro-américains lors de la prochaine présidentielle , John de Nugent]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s