La priorité : abroger les lois de type Gayssot

En Suisse, une initiative a été lancée par les Démocrates Suisses pour abroger la loi bâillon : l’article 261 bis.

Merci de faire circuler l’info, et que les Helvètes signent cette initiative salutaire!

http://www.schweizer-demokraten.ch/html/suisse_r.html

Publicités

2 réponses à “La priorité : abroger les lois de type Gayssot

  1. Le jour où un parti proposera l’abrogation des lois liberticides j’irai voter.

  2. En ce 25 janvier 2009.
    Bon Anniversaire Professeur Faurisson!
    Pour vos 80 ans, vos 50 ans de recherche, vos 35 ans de combat !

    Dans un monde de mensonge et de lâcheté, vous représentez le courage et l’honnêteté intellectuelle. Face à des adversaires disposant de moyens de destruction inégalés, vous n’avez que vos mains, votre tête et votre ténacité. Vous n’avez pour toute arme que le respect scrupuleux des faits dont on peut démontrer la véracité. Et vos seuls alliés véritables sont une poignée d’amis aussi démunis que vous. Mais cela suffit pour faire de vous un adversaire redoutable devant qui tremblent les plus puissants. C’est que toute leur puissance se repose justement sur le mensonge. Des mensonges inlassablement répétés depuis des décennies, sur tous les tons, avec tous les moyens possibles mais n’en demeurant pas moins fragiles devant la simple réalité des faits. Et malgré la férocité de la répression dont on vous accable, vous et vos amis, pour vous faire taire, ce que vous avez à dire est quand même parvenu à la connaissance de dizaines, de centaines de millions de personnes de par le monde, jusque dans les recoins les plus reculés de la terre. Des millions de gens qui ne peuvent qu’approuver l’évidence, tant vos arguments sont solides et votre démonstration convaincante. Et la preuve en est que, pour tenter de s’y opposer, il ne reste à vos puissants ennemis que le recourt à des expédients : davantage de répression, davantage de censure, davantage de bourrage de crâne. Mais tout cela en pure perte car ils ont peut-être les moyens d’intimider les esprits timorés mais sont dans l’incapacité de convaincre quiconque encore capable de discernement. Comment donc pourraient-ils jamais faire croire longtemps que les oligarques sont des démocrates, les massacreurs des opprimés et des morgues ou de salles de douche des chambres à gaz ?

    Et c’est là que « ces gens-là », comme vous dites, font étalage de leur véritable visage. Celui de l’imposture et de l’ambition obsessionnelle de domination, nourrie par la haine aveugle et la rage de destruction, sans considération pour rien ni personne. Et s’il ne fait aucun doute que ce sont des menteurs, des calomniateurs, des voleurs, des oppresseurs sans foi ni loi, et même des génocidaires responsables de la destruction de centaines de millions de vies innocentes, pour le reste, tout est faux en eux : de faux démocrates, de faux humanistes, de faux philosophes, de faux écologistes, de faux religieux, de faux français, de faux allemands, de faux polonais, de faux russes, de faux européens, de faux américains, et même de faux khazars et de faux descendants d’hébreux.

    Ces gens-là ont tout souillé, tout profané, tout détruit. Là où ils dominent, toutes les valeurs qui ont fait la grandeur des peuples et des civilisations sont foulées aux pieds. Il n’y a plus de respect pour le courage, plus de considération pour le sens de l’honneur ou l’esprit de dévouement aux intérêts collectifs. Le patriotisme n’est plus vénéré et toute opposition à leurs ambitions criminalisée, tout héroïsme diabolisé. A les en croire, les héros les plus admirables qui ont tout sacrifié pour servir de nobles causes ne sont que des monstres ou des fous ! Le droit est corrompu et la justice instrumentalisée, pour le seul profit des accapareurs du pouvoir. L’accès au savoir est mis sous contrôle et la liberté d’expression supprimée. La police de la pensée règne en maître, imposant à coup de terrorisme intellectuel et de matraque judiciaire la soumission et la servilité. Même les familles sont démantelées et la sexualité avilie. Sous leurs férules ne s’épanouit que la lâcheté, la délation, l’hypocrisie, la vénalité et l’abrutissement généralisé. Après avoir été les maîtres de la barbarie communiste, ils sont devenus les champions du capitalisme prédateur dans le but de réduire toutes choses à l’état de marchandise dont ils pourraient s’accaparer.

    Voilà professeur les gens qui ne cessent de vous harceler, vous accablant de toutes les injures, de toutes les tracasseries, de toutes les agressions, depuis les plus mesquines jusqu’aux plus brutales. Par-delà même la qualité irréprochable de vos travaux, tant de hargne de la part de gens aussi vils et aussi puissants envers votre personne constitue la meilleure reconnaissance de vos mérites.

    Pour eux, avec vos travaux et ceux de vos compagnons, vous représentez tout simplement leur pire ennemi. Ils vous redoutent plus que les armées de leurs adversaires car vous détenez la vérité, cette arme absolue capable d’anéantir leur puissance qui ne se repose que sur le mensonge et l’imposture. Sous l’éclairage des travaux des révisionnistes, ils ne peuvent apparaitre que tels qu’ils sont réellement : encore plus vulnérables que méprisables. Ils ne sont forts que de la démission de leurs ennemis, et ne semblent triompher que parce que leurs victimes renoncent à défendre leurs droits, à exiger le respect de l’équité.

    Mais s’ils ont encore les moyens de harceler des individus sans défense, pour en faire les héros vénérés de demain, ils ne peuvent plus espérer grand-chose pour empêcher la diffusion des idées révisionnistes. Et en ce qui vous concerne professeur, vous n’avez même plus besoin de vous exprimer pour qu’on entende vos messages. Il suffit de votre présence, de la simple évocation de votre nom.

    Jamais ainsi intellectuel n’a autant réussi à enrager les puissants, à faire trembler les bases de leur domination. Jamais dans une confrontation aussi décisive, la disproportion des forces n’aura été aussi immense, pour ensuite donner l’avantage au plus faible, au plus démuni. Une fois de plus, la démonstration est ici faite de la puissance de l’idée face à la matière, de la supériorité de la plume sur l’épée.

    On ne peut ainsi que saluer en vous le plus grand intellectuel du monde européen depuis très longtemps. Et on peut aussi se persuader qu’il n’est plus loin le jour où votre nom ornera le fronton des universités et des centres de recherche en histoire et sciences humaines. Vous y avez plus de mérite que n’importe quel théologien du Moyen-âge, ou tel collaborateur douteux des envahisseurs-destructeurs de l’Europe. La connaissance de vos travaux et la mémoire de votre courage sont infiniment plus précieuses pour l’édification des générations à venir.

    Alors je vous souhaite bon anniversaire Professeur ! Pour vos 80 ans, vos 50 ans de recherche, vos 35 ans de combat héroïque. Pour tous vos mérites. Avec les autres révisionnistes qui croupissent dans les geôles ou subissent le harcèlement de leurs inquisiteurs, avec les résistants palestiniens et tous ceux qui s’opposent à leur domination, vous êtes un grand héros de notre temps. Le héros des faibles et des opprimés sans défense. Le héros des peuples qui veulent se perpétuer avec leurs héritages et leurs traditions. Le héros des civilisations qui refusent la décadence globale pour le seul profit des marchands.

    Merci pour la leçon Professeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s