Australie : Une interview du révisionniste Peter Hartung

Voici un extrait d’une interview donnée au volant de sa voiture par l’Australien Peter Hartung qui a remplacé Fredrick Töben à la tête de l’Adelaide Institute lorsque ce dernier a été emprisonné pour son révisionnisme F. Töben, comme on le sait, a été libéré mais c’est Peter Hartung qui dirige désormais l’institut révisionniste. Cette interview, dont on trouvera la vidéo ci-après, a été publiée dans la Lettre d’information « Adelaide Institute » n° 487 de février 2010 (traduction rapide):

(La photo du début de la vidéo et celles de la fin sont des photos de Fredrick Töben.)

Q. Alors comment vous sentez-vous, après avoir chaussé les bottes de Dr Fredrick Töben?

R. Eh bien: il y a environ cinq ans je passais pas mal de temps sur l’Internet et je me suis beaucoup intéressé aux problèmes de santé et aux questions connexes, ainsi qu’à la politique mondiale.
J’ai commencé à lire des choses sur ces gens en Allemagne, Ernst Zündel, Horst Mahler, etc. – des gens qu’on enfermait pour cinq ans ou plus pour avoir contesté l’Holocauste. Je me suis demandé comment ils pouvaient faire ça, ces gars sont fous ou quoi? L’Holocauste est un fait! On l’a démontré sans l’ombre d’un doute, il existe tant de preuves. Mais enfin, je fais partie de ces gens qui veulent voir les choses de près. Je n’étais pas satisfait, je ne comprenais pas pourquoi on les mettait en prison: s’ils étaient fous, il fallait les mettre dans un institut psychiatrique.
Je suis tombé sur les sites de ces personnes, et j’ai lu ce qu’ils disaient, et j’ai alors passé des heures et des heures à faire des recherches, à examiner les preuves et, finalement, je suis arrivé à la conclusion que l’Holocauste tel qu’on le connaît, c’est-à-dire l’extermination systématique de juifs au cours de la Deuxième Guerre mondiale, cette extermination systématique, cet ordre en provenance du gouvernement, et la réalité des gazages de juifs dans des chambres à gaz ce n’est rien de plus que de la propagande de guerre. C’est complètement faux, ça n’a pas eu lieu. Aujourd’hui, après 60 ans et plus de propagande incessante à la télévision la population en général croit que ces choses se sont produites alors qu’elles ne se sont pas produites. Alors mon histoire, c’est ça.

Q. Vous êtes depuis longtemps l’ami de Fredrick Töben, Comment vous êtes-vous engagé à ses côtés et au sein de l’Adelaide Institute ?

R. Eh bien, au moment précis où j’arrivais à la conclusion que les chambres à gaz étaient imaginaires, je suis tombé sur le site du Dr Töben, j’ai lu les informations qui le concernaient et la manière dont il avait été emprisonné pendant sept mois en Allemagne pour refus de croire à l’Holocauste. Alors je lui ai envoyé un courriel, je m’y suis présenté, nous nous sommes rencontrés et sommes rapidement devenus amis.

Q. Après un combat judiciaire de 14 années lancé par des dirigeants de la communauté juive comme Jeremy Jones, Dr Töben est interdit de parole tout comme un dissident politique de la période soviétique et il ne peut plus participer au débat public qui entoure la question du prétendu Holocauste.  Est-ce ce qui vous a amené à la direction de l’Institut?

R. Oui, il ne s’occupe plus de l’Adelaide Institute, je suis le directeur de l’Adelaide Institute – c’est moi qui tiens le site, je suis la seule personne à avoir accès au site, c’est moi qui ai les mots de passe et il n’intervient pas du tout. On a fait beaucoup de commentaires sur ma façon de tenir le site. J’ai une approche différente, un sens de l’humour différent, j’aime bien qu’il y ait un peu d’humour sur le site, plaisanter un peu sur des choses. Beaucoup de mes amis ne comprennent pas ce qui se passe, ils ne comprennent pas vraiment pourquoi je m’occupe de tout ça et me suggèrent de trouver un autre intérêt dans la vie. Mais c’est vraiment une aventure intellectuelle. Une fois qu’on s’y est engagé, une fois qu’on a commencé et qu’on voit ensuite comment fonctionnent les choses, et que toutes les pièces du puzzle s’emboîtent – on ne peut plus faire marche arrière. (…)
La plupart des intellectuels sont trop endoctrinés pour pouvoir réfléchir correctement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s